Accueil » Finance durable : comment donner du pouvoir à son argent

Finance durable : comment donner du pouvoir à son argent

Par C. l'air du temps

La finance durable : quezako ?

Il est facile de se rendre compte de nos pollutions visibles du quotidien en regardant notre poubelle ou notre mégot par terre. Néanmoins, on se doute moins des pollutions invisibles que nous générons. Notre argent, placé en banque, fait partie de cette pollution invisible du quotidien.

En effet, l’argent que nous plaçons en banque est réinjecté dans l’économie par les banques. Il permet de financer des activités économiques qui ont un impact social et écologique important. Aujourd’hui, les investissements des six plus grosses banques françaises sont d’ailleurs en contradiction complète avec les accords de Paris.

La capacité d’épargne des Français s’élève actuellement à plus de 5 000 milliards d’euros ! C’est autant d’argent qui pourrait être mis au service de la transition écologique et sociale et impulser le véritable changement dont la société a besoin. En tant qu’épargnant.e.s nous avons donc un rôle important à jouer.

Heureusement, il existe aujourd’hui des solutions alternatives de finance «verte» – responsable, durable et solidaire – pour réorienter nos investissements vers des activités vertueuses.

Accrochez vos ceintures : on va parler finance durable !

Sommaire

Comprendre l’impact de notre épargne

5 000 milliards

L’épargne des français représente 5 000 milliards d’euros, dont 450 milliards qui dorment sur des comptes épargne.

70%

70% de l’épargne bancaire finance des énergies fossiles selon OXFAM.

0,29%

En 2019, la finance solidaire représente 0,29% du patrimoine financier des Français selon Finansol.

Un voyage en avion Paris – New-York

2 500 € sur un compte c’est environ l’équivalent d’un trajet en avion Paris – New-York en terme d’émissions de CO2.

440 milliards d’euros

C’est la masse monétaire qui « dormait » sur les comptes courants des français en 2018.

42 000

Emplois créés ou consolidés en 2019 par le financement solidaire toujours selon Finansol.

Comprendre la finance durable

La finance traditionnelle

Aujourd’hui, les principales banques françaises gèrent près de 7 000 milliards d’euros d’actifs à travers le monde. Cela représente plus de 3 fois le PIB de la France. Les cinq principales banques françaises –font parties du top 50 des plus grandes banques internationales.

Dans un rapport datant de 2017, Oxfam France indique par exemple qu’ « avec 12,8 milliards d’euros de financement (…) en 2016 et 2017, BNP Paribas reste la banque française qui soutient le plus les énergies fossiles ». Des informations souvent méconnues quand on décide de placer notre argent dans une banque !

Les choix d’investissement des banques ont donc une importance cruciale ! Et surtout, un impact direct sur les enjeux écologiques, sociaux, humains qui nous concernent tou.te.s aujourd’hui…

Qu’est-ce que la finance durable & solidaire

Heureusement, il existe aujourd’hui des solutions alternatives de finance «verte» – durable et solidaire. Elles permettent de réorienter nos investissements vers des activités vertueuses, de soutenir la transition et de créer des emplois. Ces alternatives donnent surtout la possibilité de redevenir acteurs de l’économie réelle en finançant des projets qui correspondent à nos valeurs.

Grâce à la finance solidaire, on peut placer tout ou partie de son argent sur un produit d’épargne qui finance l’accès à l’emploi et au logement, des activités écologiques, la solidarité internationale… tout en nous générant des intérêts. 

En plein essor mais pas suffisamment

Prenant peu à peu conscience de l’impact de leur épargne, un million de français ont fait le choix de la finance solidaire en 2019. Cela représente une augmentation de 24% par rapport à l’année 2018 ! Avec un encours équivalent à 15,6 milliards d’euros au 31 décembre 2019. C’est beaucoup mais encore trop peu (environ 0,29%) comparé aux 5 400 milliards d’euros épargnés sur les comptes d’épargne classiques.

On se rend compte alors que la réserve de fonds pour répondre aux enjeux environnementaux est immense ! Et que nous avons un rôle à jouer en tant qu’épargnant.e.s en orientant notre argent vers des projets à impacts positifs.

Les différentes alternatives

Les labels de finance durable

Il existe plusieurs labels financiers qui aident l’épargnant à vérifier que le placement choisi est durable, responsable et solidaire :

  • L’association FINANSOL propose depuis 1997 un label « pour distinguer les produits d’épargne solidaire des autres produits d’épargne auprès du grand public » ;
  • Le label GREENFIN a été créé par le Ministère de la Transition Écologique en 2015. Il garantit la qualité verte des fonds d’investissement en excluant de son périmètre ceux finançant le secteur nucléaire et les énergies fossiles ;
  • Le label ISR est un outil pour choisir des produits d’investissement socialement responsables. Il a été créé par le ministère des Finances pour les épargnants en France et en Europe. Les Amis de la Terre considèrent cependant que certains produits ISR sont très controversés : à lire dans leur guide sur l’épargne responsable.
Le placement en banques éthiques

On croit souvent – à tort ! – que notre argent « dort » à la banque bien au chaud… Et bien navrées de vous décevoir, mais cette masse monétaire est loin de rester inactive. Dans notre vie quotidienne, nous faisons de notre mieux pour être des consommateurs responsables. Et en parallèle, notre argent – lui – est investi par les banques majoritairement dans des projets climaticides. D’où l’importance de choisir des banques garantissant le financement de projets en accord avec nos valeurs. Pour creuser le sujet en détail, nous vous conseillons la lecture du guide « Climat, comment choisir ma banque » publié par les Amis de la Terre.

  • La NEF est une coopérative financière qui offre des solutions d’épargne et de crédit orientées vers des projets ayant une utilité sociale, écologique et/ou culturelle. La NEF n’offre pas – à ce jour – de possibilité de compte courant. C’est la seule banque considérée 100% transparente par Fair Finance France.
  • En complément, Le Crédit Coopératif (groupe BPCE) offre une solution à celles et ceux souhaitant avoir un compte courant, un compte professionnel ou un prêt immobilier. Selon Fair Finance France « le Crédit Coopératif n’est impliqué dans aucune activité controversée. (…) Même s’il ne publie pas les émissions de gaz à effet de serre générées par les projets et entreprises qu’il finance et n’a pas pris d’engagement visant à les réduire. »
Devenir sociétaires d’une coopérative

On peut agir avec son argent pour le monde de demain en prenant des parts dans une coopérative dont l’objet correspond à nos valeurs.

Une coopérative est un modèle économique alternatif avec un système de gouvernance démocratique. Le principe ? Une part = une voix. On peut ainsi être un sociétaire actif en participant aux décisions de l’entreprise ou bien un sociétaire passif, qui participe mais de loin…

Il ainsi possible devenir sociétaire d’une banque comme La Nef, d’un fournisseur d’énergie « verte » comme c’est notre cas avec Enercoop, d’une plateforme d’occasion comme Label Emmaüs

Le financement participatif

Le financement participatif est une solution alternative en plein essor ! C’est une alternative durable de placement financier dans des projets à impact positif. Il existe plusieurs formes de financement participatif :

  • Le don ou crowdfunding / On reçoit en contrepartie d’une somme d’argent donnée à un projet des produits, des expériences…
  • Le prêt rémunéré ou crowdlending / Cette alternative permet de financer l’économie réelle en prêtant de l’argent à des porteurs de projets ET de recevoir des intérêts. Il existe aujourd’hui plusieurs plateformes de prêt participatif : comme Bluebees ou MiiMOSA (dont on parle en détail plus bas) ;
  • L’investissement en capitaux propres ou crowdequity / Lita.co est une plateforme qui propose d’investir dans des entreprises sociales à fort impact positif. On devient actionnaires d’entreprises « sélectionnées sur leurs perspectives de croissance, leurs responsabilités et leurs impacts positifs sur la société ».
  • Le microcrédit / Il s’agit d’une forme de prêt à un porteur de projet de manière désintéressée, on récupére la totalité de la somme prêtée soit sous forme de mensualités ou en totalité à la fin.

Zoom sur

Objectif 1% est un mouvement impulsé par MiiMOSA, plateforme de financement participatif spécialisée en agriculture et alimentation durables. L’objectif ? Sensibiliser les citoyens à l’importance de s’interroger sur leur argent, d’apporter de la transparence sur les produits d’épargne et de donner des pistes d’action concrètes pour une finance plus engagée.

Focus sur le prêt rémunéré

Miimosa, au service d’une agriculture durable

MiiMOSA est « une alternative à l’épargne bancaire » . Elle « permet de financer directement les projets d’agriculture et d’alimentation durables de votre choix, tout en recevant des intérêts”. En résumé, on investit de l’argent dans le projet de notre choix et on perçoit chaque mois une partie du capital investi ainsi que des intérêts. Depuis 5 ans, la plateforme a accompagné 3 500 projets en collectant 35 millions d’€ auprès des citoyens et partenaires.

Les projets proposés sur la plateforme sont examinés et validés par une équipe “Crédit” composée d’experts de la finance, du monde agricole et des énergies renouvelables.

Faire le choix d’un prêt rémunéré

Complémentaire aux formes traditionnelles de financement, le prêt participatif (crowdlending) permet de prêter directement aux entreprises ayant des projets de développement sous forme de prêt.

Le prêt participatif, accessible dès 50€, permet d’investir en transparence dans les projets de son choix. On peut ainsi choisir de soutenir un projet de vente en ligne de produits bio locaux, d’ouverture d’une brasserie locale et engagée ou de création d’une épicerie zéro déchet.

Vous êtes intéressé.e.s mais vous avez des questions techniques ? Rendez-vous sur la FAQ où MiiMOSA répond en détail à vos questions !

Comment ça marche ?

❶ Rendez-vous sur www.miimosa.com pour créer un compte


❷ Choisir le projet en prêt rémunéré en fonction de : la thématique, la durée (de 2 à 5 ans), le taux d’intérêt (jusqu’à 7%)


❸ Choisir le montant à investir (50€, 200€…). Au moment du paiement, rentrer un de nos codes promotionnels (AIR25 ou AIR50)


❹ Chaque mois, recevez une partie du capital et des intérêts jusqu’au remboursement total du montant investi !

Merci à MiiMOSA, qui par son soutien, a permis la rédaction de cet article

Vous connaissez la finance durable ?

N’hésitez pas à nous faire part de votre expérience !

Pour aller plus loin

MiiMOSA // Depuis 5 ans, MiiMOSA propose aux citoyens de s’engager pour l’alimentation de demain en aidant les agriculteurs et les entrepreneurs de la food à lancer leur projet.

Objectif 1% // Est un mouvement impulsé par MiiMOSA pour sensibiliser aux produits d’épargne durable et de donner des pistes d’action concrètes pour une finance plus engagée.

Finance Responsable // Propulsé par les Amis de la Terre, le site a pour objectif de sensibiliser les citoyens au choix de leur banque, et leur expliquer l’utilisation qui est faite de leur argent.

2 Commentaires

Marianne 27 janvier 2021 - 21 h 03 min

Coucou !
Super article ! Je suis sidérée par les chiffres… J’ai ouvert un livret à la nef il y a quelques années, ce n’est pas compliqué, je recommande à 100%. J’ai ouvert un compte au crédit coopératif mais alors là c’est tout une histoire ! Ils sont très vite débordés apparemment… Maintenant qu’on peut faire une ouverture de compte en ligne, c’est beaucoup plus simple. Mais globalement il ne faut pas trop espérer avoir son/sa conseiller.e dispo dès qu’on a besoin. Pour les personnes à l’aise avec la banque en ligne c’est bien, sinon c’est compliqué ! Mais je pense qu’ils font un peu comme ils peuvent…
J’aurais juste rajouté Terre de liens dans les propositions, c’est très très facile d’acheter des actions et on a la garantie que c’est utilisé pour un truc indispensable : racheter des terres pour éviter la construction d’immeubles, centres commerciaux, etc, et les louer/vendre à des agriculteur.ices à des prix accessibles, et ça c’est possible grâce aux actions des particuliers !! Voilà petite pub mais je trouve ça tellement important ^^

Répondre
C. l'air du temps 31 janvier 2021 - 11 h 36 min

Merci infiniment pour ce retour d’expérience ! Effectivement les chiffres sont sidérants, heureusement qu’il y a de plus en plus d’alternatives ! Nous partageons ton avis sur le Crédit Coop, où nous avons un compte courant. Effectivement, il ne faut pas avoir trop d’attentes concernant un échange avec un.e conseiller.e et nous sommes actuellement à l’étude d’un livret à la NEF, ça parait plus simple, dommage qu’ils ne proposent pas encore de solution de compte courant pro ou perso. A suivre, merci encore pour cette « petite pub » !

Répondre

Laisser un commentaire

* par l'utilisation de ce formulaire, vous acceptez la conservation de vos données telle qu'elle est mentionnée dans notre politique de confidentialité.

Ce site utilise des cookies. Continuer votre visite en cliquant sur OK ou consulter notre politique de confidentialité. OK Lire