Les circuits courts de l’alimentation

La dynamique des circuits courts semble répondre aux besoins des Français de changer leurs habitudes de consommation. En effet, une étude réalisée en 2016 par Greenflex-Ethicity en partenariat avec l’Ademe, a montré que, dans un climat de perte de confiance envers l’industrie agro-alimentaire, de plus en plus de Français changent leurs habitudes de consommation.

De leur côté, les producteurs aspirent eux aussi au changement : ils souhaitent reprendre la main sur leur production et gagner en autonomie en ne dépendant pas d’un seul client.

On fait le tour des alternatives en circuits courts  pour acheter ses produits locaux, bio et de saison et court-circuiter la grande distribution ! Nous les avons regroupé en deux catégories : le circuit direct producteurs (aucun intermédiaire) et les groupements de producteurs. Du choix pour tous !

1. Circuits courts direct producteur

▷▷ Au jardin, le troc…

Il est temps de revenir à « la terre nourricière » comme Pierre Rabhi en fait si bien l’éloge !

Vous n’avez pas de jardin ? Pas de problème, un pied de basilic, de menthe ou de ciboulette se portera très bien près de la fenêtre de votre cuisine !

Un petit balcon ou petit jardin ? Même en pied d’immeuble, il est possible d’organiser un petit potager partagé : quelques pieds de courgettes, de tomates cerises se développent facilement ! Et quel bonheur de manger les produits du « jardin » !

▷▷ Directement à la source

Il est possible d’aller directement faire ses achats à la ferme, chez les producteurs ! Le site Bienvenue à la ferme vous permet de trouver votre bonheur en fonction des achats à faire et de la localisation !

Ainsi pas d’intermédiaire : le producteur est rémunéré directement par le consommateur et cela permet également de découvrir l’environnement de production, que du bonheur !

img_13041
Le bonheur du potager sur le balcon @C. l’air du temps
▷▷ Le marché

Le marché c’est LE rendez-vous incontournable pour aller à la rencontre des producteurs régionaux en circuits courts. On prend son beau panier et on part à la rencontre des étals de couleurs et de senteurs. On vous recommande bien sûr de préférer l’achat aux maraîchers (producteurs) plutôt qu’aux primeurs (revendeurs). C’est à la fois un gage de qualité et de prix vu qu’on achète directement à celui qui produit.

Mais c’est également l’assurance de ne trouver que des produits de saison ! Nous avons la chance d’habiter une région riche en saveurs et en produits : il faut en profiter ! Surtout qu’en direct du producteur les prix sont souvent corrects, ne pas hésiter à comparer !

La liste des marchés dans & autour de Toulouse est bien fournie : chaque village propose son marché de plein vent. Sur Toulouse, le marché de St Aubin est connu pour accueillir des producteurs. De notre côté, pour Claire c’est Ramonville Saint-Agne et Camille c’est L’Union.

▷▷ L’amap

Vous ne vous voyez pas passer votre samedi ou dimanche matin à flâner dans l’allée du marché ? Pas de problème, pour avoir des produits frais et de producteurs chaque semaine, il existe les AMAP  ! Associations pour le maintien d’une agriculture paysanne – elle sont destinées à favoriser l’agriculture paysanne et biologique, en créant un circuit co entre paysans et consommateurs, qui s’engagent à acheter la production de celui-ci à un prix équitable et en payant par avance.

Sur la carte interactive des AMAP de Midi-Pyrénées, vous en trouverez forcément une près de chez vous. Peu nombreuses à leur création, elles se sont désormais organisées et vous pouvez parfois même en trouver près de votre lieu de travail. Pour certaines, elles proposent même viande, miel & fromages en plus des fruits et légumes.

Photo 16-10-2016 12 57 23
Revenir au geste de la cueillette @C. l’air du temps
▷▷ Les lieux de cueillette

C’est une autre manière de (re) prendre contact avec le process de fabrication de ce que nous consommons. Il n’est peut-être pas aisé de le faire souvent mais à l’occasion, en particulier avec les enfants c’est un moment très plaisant !

Le principe est simple : pour acheter il faut cueillir 😉 On vous fournit le matériel nécessaire, les conseils et à la fin vous passez en caisse pour payer le fruit de votre cueillette (ne pas manger tout avant bien sûr !).

Plusieurs adresses autour de Toulouse et plein d’autres dans la région : Cueillette de fruits rouges à Labège, Midi Cueillette à Portet s/ Garonne… N’hésitez pas à nous dire si vous aussi vous êtes des cueilleurs et quels sont vos spots préférés !

2. Les groupements de producteurs

▷▷ Magasins de producteurs

Il existe des magasins de producteurs permettant de retrouver sur une même surface de vente un large choix de produits sélectionnés en partenariat avec des producteurs fermiers locaux, affichant le locavorisme comme fer de lance.  

C’est le cas par exemple de A travers Champs ouvert depuis 13 ans à Belberaud, de la Ferme Attitude en centre ville de Toulouse depuis 2010. Premiers magasins de producteurs fermiers au centre de Toulouse, Ferme Attitude accueille maintenant plus de 150 producteurs locaux, installés dans un rayon de 250km autour de Toulouse et propose également un restaurant.

Il y en a certainement d’autres, n’hésitez pas à nous transmettre vos tuyaux 😉

Photo 08-09-2017 16 07 53
Ferme attitude, 2 magasins de producteurs sur Toulouse @C. l’air du temps
▷▷ La Ruche qui dit oui

La Ruche qui dit oui ! est une entreprise privée qui rassemble des producteurs en leur permettant de vendre directement en circuits courts aux consommateurs. La Ruche propose une plate-forme de commande sur Internet :

1/ vous adhérez à une Ruche près de chez vous

2/ vous passez votre commande en ligne où les produits sont classés par type et où chaque producteur a sa fiche d’identité permettant de mieux le connaitre

3/au jour d’ouverture de la Ruche, vous vous rendez au lieu de rendez-vous pour récupérer votre commande pré payée.

La Ruche qui dit oui !, grâce à cette possibilité de « drive » de produits de producteurs, peut correspondre à vos attentes, dans la mesure où une Ruche se trouve près de chez vous ou de vos trajets quotidiens. Il en existe 6 dans Toulouse, et bien d’autres encore dans les environs, rendez-vous sur le site pour trouver la vôtre 😉

▷▷ Réseaux de Magasins Bio 

Même si l’offre n’est pas présente sur tous les produits, de nombreux magasins d’alimentation biologique proposent des produits locaux à la fois en frais et en épicerie sèche. Grandeur Nature (réseau Biocoop) à Toulouse Saint-Agne, propose ainsi par exemple un choix de produits locaux et régionaux. D’ailleurs un des salariés qui a une pommeraie en Ariège y vend son jus de variétés anciennes de pommes : un délice ! Rendez-vous dans la rubrique des adresses pour retrouver les différentes enseignes de magasins bio…

Photo 02-09-2017 17 10 09
Une autre façon de faire ses courses en épicerie Vrac  @C. l’air du temps
▷▷ Epiceries 100% Vrac

Il s’agit d’un concept relativement récent mais qui séduit de plus en plus : l’épicerie 100% vrac. L’idée est… que tout s’achète en vrac ! Et au-delà de la démarche « zéro-emballage », le choix peut être également fait de faire la part belle aux producteurs locaux . C’est le cas notamment de la boutique Ceci & Cela en centre ville de Toulouse, qui en plus de proposer l’achat en vrac, privilégie en quasi intégralité des produits locaux au mieux nationaux.

Il existe désormais également des « Drive » zéro déchet qui opte pour le local et le direct producteur également. Sur Toulouse c’est le cas par exemple du Drive tout nu !

▷▷ Supermarchés coopératifs

Un supermarché coopératif ? Késako ?

Non satisfaits de l’offre alimentaire qui est généralement proposée, des consommateurs ont décidé de créer leur propre supermarché qui repose sur l’action de coopérateurs et de bénévoles.

Chaque coopérateur achète et possède une part du magasin et donne de son temps tous les mois pour le faire fonctionner. En retour, il accède à un supermarché où l’on trouve tous les produits du quotidien à des prix plus accessibles. Les coopérateurs redeviennent alors acteurs : c’est eux qui choisissent les produits qui composent les rayons.

A New York depuis 40 ans, le Park Slope Food Coop propose ce modèle à plus de 16 000 membres ! En France, après la Louve à Paris, d’autres suivent le pas : la SuperCoop à Bordeaux, la Cagette à Montpellier, Otsokop à Bayonne, Scopéli à Nantes, et d’autres initiatives dont on parle encore à Lille ou Biarritz ! Et Toulouse n’est pas en reste : La Chouette Coop existe à Toulouse depuis 2014, et a ouvert de puis janvier 2017 le Lab, un supermarché expérimental de 100 m² de surface de vente préfigurant le futur supermarché coopératif et collaboratif toulousain. Si le projet vous intéresse : c’est ICI.

Une de ces pistes vous intéresse pour changer vos habitudes de courses ?

Vous faites déjà vos courses en circuits courts ? Partagez vous habitudes !

EnregistrerEnregistrer

3 réflexions sur “Les circuits courts de l’alimentation

  1. poli dit :

    J’ai un panier de légumes toutes les semaines, via le réseau Graine de Cocagne (bio, bien sûr, et solidaire puisqu’ils emploient des personnes sans travail) que je récupère à la Biocoop à 2 mn de chez moi, en ville, le bonheur ! J’en profite donc pour faire mes courses « en vrac » !
    Et je vais parfois au marché. J’habite la Drôme, beaucoup de producteurs régionaux, du coup !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.