Routine minimaliste hygiène & soin # Cheveux

Dans les articles précédents, Vers une cosmétique au ralenti & Session détox dans la salle de bains, on abordait le pourquoi & le comment gagner en minimalisme dans la salle de bain.

Après le tri dans ses produits et la lecture des étiquettes, il faut trouver les alternatives qui nous conviennent et ça, ça peut s’avérer le parcours du combattant…

Alors, comme on vous a déjà présenté notre routine corps, aujourd’hui on parle cheveux, en partageant avec vous quelques premières pistes pour une « routine cheveux » minimaliste, saine et zéro-déchet !

 

☆ Questionner sa routine cheveux

▷▷Mais… A quoi sert un shampooing ?

Les shampoings servent à nettoyer le cuir chevelu et les cheveux, les débarrasser de leurs nombreuses & diverses impuretés : sueur, sébum, parfums, pollution, poussières, pellicules, etc…

Notre société moderne a le lavage en obsession, si bien que nous avons souvent la main lourde sur ces produits. Or, des lavages (trop) fréquents avec des produits détergents suppriment la protection naturelle de la peau.

 

▷▷ Mais… que contient vraiment un shampoing ?
  • L’ingrédient le plus important : l’eau. Un shampoing liquide est en général composé de plus de 70% d’eau ;
  • La base lavante (environ 20%) est assurée par les tensio-actifs : il s’agit de produits détergents qui, grâce à leur effet moussant, décollent les salissures qui se dispersent dans l’eau après rinçage. On les retrouve aussi bien dans le liquide vaisselle que les shampooings… Il existe plusieurs types de tensio-actifs : les agressifs et très irritants (les fameux Ammonium Lauryl ou Laureth Sulfate  & Sodium Lauryl ou Laureth Sulfate), les moins agressifs mais allergisants, et les plus doux (il s’agit souvent de sucres, notamment utilisés en cosmétique naturelle) ;
  • Les gélifiants et épaississants représentent 5% du produit : ils sont utilisés pour augmenter la viscosité du produit ;
  • Les agents occlusifs ou silicones, composants en « –one » ou « –oxane » donne l’illusion d’un cheveu lisse, brillant, gainé. Or, ils ne sont autre que des plastiques, issus de la pétrochimie et donc néfastes. Pour le cheveux, car ils forment une sorte de vernis autour du cheveu, l’empêchant de respirer et créant un besoin illusoire et une sensation de manque ; et pour la planète, car ils finissent dans les océans par le cycle de l’eau ;
  • Pour les 0,5 % et 3 % restants, il s’agit de parfums, conservateurs (ils ont beaucoup fait parler d’eux sous le terme de « parabens » : ce sont des perturbateurs endocriniens), colorants et principes actifs…

 

DSCF3836.jpg

Une routine naturelle permet aux cheveux de retrouver leur vraie nature @C. l’air du temps

 

▷▷ Mais… pourquoi questionner sa routine cheveu ?

Tout comme les ongles, les cheveux sont une porte d’entrée vers l’intérieur de notre corps sans réel filtre. Ils constituent donc un accès privilégié pour les substances potentiellement dangereuses. Les perturbateurs endocriniens, entre autres, font polémique pour leurs effets néfastes sur la santé : on vous conseille vivement l’enquête de UFC-Que choisir pour  mieux comprendre la question, enquête à retrouver sur leur site internet. Comme de très nombreux cosmétiques industriels, les shampooings conventionnels ne sont – au final – qu’un cocktail explosif d’ingrédients chimiques.

Et quand bien même le shampoing est un produit rincé qui ne reste pas au contact de la peau comme une crème ou un déodorant, il est de très loin préférable de choisir des produits sains pour soi et la planète. En effet, une fois rincé le shampooing s’évacue avec les eaux usées : son impact environnemental n’est donc pas négligeable.

Les experts de l’ONU ne mâchent pas leurs mots. Dans un rapport conjoint de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et du Programme des Nations unies pour l’Environnement (PNUE) publié le 19  février 2013, ils désignent les perturbateurs endocriniens comme « une menace mondiale pour la santé humaine et l’environnement ». Plusieurs centaines d’études scientifiques établissent un lien entre ces substances chimiques et la recrudescence de certaines maladies ou troubles.

@UFC-Que choisir

 

 

DSCF3820.jpg

Duo de choc, savon & shampoing solides @C. l’air du temps

 

Nettoyer + Texte

 

☆ Le choix d’un shampoing « slow »

▷▷ Pourquoi choisir un shampooing « slow  » ?
  • Pour redécouvrir la vraie nature de ses cheveux : en l’absence de dérivés de pétrochimie et de silicones, ils retrouvent naturellement force et éclat grâce à une base lavante douce. Les shampoings naturels ne contiennent pas de tensio-actifs irritants, de substances chimiques réactives ou encore de filtres solaires synthétiques néfastes : bref pas de composants chimiques nocifs pour votre peau (visage, corps) ;
  • Pour préserver l’environnement : l’eau devient le moyen de transport des résidus de rinçage de nos shampooings qui finissent dans les cours d’eau ou dans les océans : perturbateurs endocriniens, cancérigènes, ou ingrédients chimiques asphyxient les fonds marins, dont les coraux ;
  • Pour son porte-monnaie : selon la nature des cheveux, les shampoings naturels permettent d’espacer les lavages et ainsi faire des économies à la fois de produits, et aussi d’eau ;

 

▷▷ Les différents alternatives

Il existe des alternatives aux produits conventionnels pour déclarer la guerre aux Parabens, Sulfates, Filtres UV (nocifs surtout pour les coraux)

  • Le shampoing liquide « bio » : si vous souhaitez faire une transition en douceur, les bases lavantes peuvent vous permettre d’adopter une meilleure routine capillaire. Composées d’actifs végétaux, il est possible de trouver des bases neutres qui sont respectueuses des cheveux et exemptes de tout produit chimique inutile : sulfates, parabens, EDTA, parfum de synthèse ou encore silicones (voir sur slowcosmétique.com). N’hésitez pas également à aller faire un tour sur notre article qui répertorie les labels bio & naturels pour choisir vos produits ;
  • Le savon/shampoing solide : un savon ou shampooing solide est une excellente alternative. Eliminant l’eau de sa composition, il se concentre sur le nécessaire et devient un atout sain, zéro-déchet et pratique d’une salle de bains minimaliste ;

 

DSCF3828

@C. l’air du temps

 

La pratique du « no-poo » ou « sans shampooing » peut surprendre, notre société étant habituée à considérer l’eau et la mousse comme synonyme d’hygiène absolue. Quand bien même cela ne devienne pas l’unique solution retenue, elle se présente comme une alternative très intéressante à tester de temps en temps. Nuance cependant, les poudres  ci-dessous existent très rarement en #vrac…

  • Les poudres minérales (rhassoul, argile) : elles nettoient en absorbant le sébum présent sur le cheveu et le cuir chevelu. Elles sont notamment largement recommandées pour les cheveux gras. Utilisé en Afrique depuis des siècles, le rhassoul (ou ghassoul, rassoul) est un mélange minéral très riche qui nettoie, gaine et fortifie le cheveu ;
  • Les poudres végétales ayurvédiques (amla, brahmi, bhringaraj, shikakai…) : utilisées en médecine traditionnelle indienne, elles sont réputées pour favoriser notamment la beauté des cheveux. On peut les utiliser seules ou mélangées à des huiles végétales en substitut de shampoing ou en masques par exemple ;

 

Si le sujet du « no poo » vous intéresse on vous conseille le chouette article de Natasha sur son Blog Echos Verts 

 


*MEMENTO * quelque soit la méthode utilisée, un petit rappel humoristique pour comprendre (enfin) comment BIEN se laver les cheveux (bien sûr on fait abstraction du bidon de shampooing =D)


 

Nourrir Hydrater Soigner-29

 

☆ Soin

Dans son ouvrage, La vérité sur les Cosmétiques, Rita STIENS, indique que ce que nous considérons comme des problèmes de cheveux (trop secs, trop gras, trop fins) sont plutôt liés au cuir chevelu : « la beauté de nos cheveux dépend de la production de sébum dans le cuir chevelu« .

Alors quelle routine naturelle pour nos cheveux ?

Quelque soit la nature des cheveux, il est possible d’adopter la même routine en variant les produits selon la nature de ses cheveux, à adapter en fonction du temps disponible et du besoin de soin des cheveux. Par exemple, Claire ne fait qu’appliquer son shampooing + coloration végétale tous les 2 mois, Camille fait régulièrement des soins en plus de sa coloration végétale. Ce que nous voulons exprimer c’est qu’en passant à une routine naturelle, l’idée est aussi de se sevrer des habitudes de masques et soins non nécessaires. Parfois, le cheveu a juste besoin de vivre sa vie 😉

  • En amont du lavage // Il est possible de faire un soin aux huiles végétales qu’on laissera poser entre 20 et 30mn. Pour un cheveu plutôt fin : on peut utiliser l’huile de jojoba ; pour un cheveu plus épais et/ou bouclé, on pourra préférer le karité pur de préférence n’ayant subi aucune transformation. Pour une chute de cheveux, ou une dermite de type psoriasis par exemple…l’huile de ricin est très efficace. A rincer à l’eau CHAUDE absolument : l’huile étant hydrophobe la chaleur favorisera le rinçage ;
  • Lavage // Shampooiner une à deux fois si nécessaire car une huile mal rincée peut étouffer et sur-graisser le cuir chevelu.
  • Option de rinçage // Pour le cheveu qui s’emmêle (donc plutôt fin) il est possible d’utiliser en eau de rinçage FROIDE (pour le tout dernier rinçage) un litre d’eau avec 2 à 3 cuillères de vinaigre de cidre (préparé en amont de son shampooing en carafe). Démêler ensuite à l’aide d’un peigne ;
  • Action mécanique // Pour toutes celles ou ceux qui n’ont pas besoin d’utiliser de vinaigre, un peigne sera bien suffisant. Il est important de gérer ses cheveux de manière mécanique : le brossage et démêlage sont essentiels (d’ailleurs même hors de l’opération shampooing) ;
  • Pour finir // Bien essorer ses cheveux à la serviette pour enlever un maximum d’eau. Il est possible d’appliquer à nouveau la même huile qu’au départ et/ou d’aloe vera et peigner une dernière fois – même un cheveu bouclé. Le peigne permet de refermer les écailles et piéger le produit pour une efficacité optimale !!

 


Merci à Elodie de Madame Sans Gêne pour ces conseils capillaires avisés 😉


 

DSCF3854.jpg

Le rhassoul, une poudre minérale qui permet de passer au « no poo » @C. l’air du temps

 

☆ Coloration

Nous consacrerons un article à part entière à la coloration des cheveux, néanmoins vous trouverez déjà quelques indications dans cet article sur le salon de coiffure Madame Sans Gène à Toulouse qui propose des colorations 100% végétales.

Et déjà, voici également quelques pistes de réflexions :

  • Questionner sa coloration cheveux : nous sommes bien placées pour le savoir, (ayant nous même fait longtemps des colorations chimiques) cela n’a vraiment rien de bon pour nos cheveux. Il est peut-être utile de questionner son rapport à la coloration : en ai-je vraiment besoin ? pour quelle raison y ai-je recours ? et si le besoin est vraiment là, on peut se questionner sur les alternatives possibles ;
  • Reprendre en main son cuir chevelu : la détox à l’argile. Le passage à une routine plus naturelle pour les cheveux demande un peu de patience. En effet, le cuir chevelu et le cheveu ont besoin de temps pour se libérer des « mauvaises » habitudes passées. L’argile est une fidèle alliée pour assainir le cheveu et le cuir chevelu. Appliquée en cataplasme, elle est parfaite pour une détox’ capillaire ;
  • Passer à la coloration 100% végétale. Et si comme nous 2, vous avez envie de continuer à donner de la coloration à vos cheveux, dans de nombreux cas (hors couleurs plus claires que la couleur naturelle) il est tout à fait possible de faire des colorations à base de plantes. En salon ou à la maison, en plus de colorer de le cheveu, elle saura soigner le cheveu et le rendre brillant et soyeux !

 

 

De votre côté, où en êtes-vous dans votre routine cheveu ?

Enfin de passer du coté « naturel » (de la force) pour vos cheveux ?

Ces premières pistes vous aident-elles ?

5 réflexions sur “Routine minimaliste hygiène & soin # Cheveux

  1. Laurence dit :

    Salut, votre article est vraiment archi complet et c’est un plaisir de s’y plonger. J’ai une question, quand vous dites à la fin du lavage d’appliquer de l’aloé vera, est-ce que vous pouvez expliquer un peu plus svp, car l’aloé c’est un peu collant, il faut le diluer avec de l’eau ou c’est de l’aloé vera sous une forme spéciale que vous utilisez ? Merci de votre réponse.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s