Vers une cosmétique au ralenti

Quel que soit le contenu de notre journée, elle est souvent rythmée par une routine hygiène & beauté qui se ressemble pour beaucoup d’entre nous : prendre la douche, appliquer une crème, se maquiller, se coiffer… C’est un fait ancré dans notre société, véhiculé insidieusement par les standards de beauté : au-delà de l’hygiène de base, en soignant notre apparence, on se sent mieux dans ses baskets…

Et pour nous promettre d’obtenir cette apparence, l’industrie cosmétique déploie l’artillerie lourde – à grands renforts de marketing et de slogans vendeurs : pour une peau plus lisse, pour des cheveux plus brillants, pour paraitre 10/15 ans de moins

Aujourd’hui, afin d’exaucer ces promesses, l’industrie cosmétique s’appuie sur un nombre indécent de molécules chimiques. Or ces molécules qui transitent dans notre corps via la peau, les ongles, les cheveux sont très loin d’être inoffensives pour notre santé bien sûr mais aussi pour l’environnement qui en est pollué par la même occasion.

On démarre aujourd’hui la séquence « hygiène & beauté » en vous proposant un petit (non en fait plutôt grand) tour d’horizon de la question afin de mieux comprendre le contenu de ces produits que nous consommons, leur impact sur notre santé et sur la nature : parce qu’un consommateur averti devient consom’acteur 😉

 

☆ La beauté oui ! mais à quel prix ?

La peau : organe indispensable à la vie


Comme le rappelle Rita Stiens dans son ouvrage (très complet) La vérité sur les cosmétiques aux éditions LEDUC.S, « la peau n’est pas seulement l’organe le plus grand, c’est aussi un organe indispensable à notre survie. Sa mission principale : protéger le corps tout entier des agressions extérieures comme la pression, les chocs, les frottements ou les blessures. » La peau tient un rôle primordial dans le maintien d’une bonne santé et ce, tout au long de notre vie, notamment en empêchant les germes de pénétrer notre organisme et en refoulant virus et bactéries avec l’aide du système immunitaire.

D’où le plus grand intérêt d’en prendre soin !

 

Le choix santé


Comme nous l’avons évoqué en ce qui concerne l’alimentation, en cosmétique aussi le principe de précaution est un principe fiable. Tout comme les scandales alimentaires  l’industrie de l’hygiène et de la cosmétique n’est pas à l’abri de dossiers sensibles : le syndrome du choc toxique, les parabènes, les perturbateurs endocriniens… autant de sujets finalement assez méconnus du grand public.

Faire attention à la composition des produits qu’on achète doit prévaloir sur l’efficacité vantée par son slogan publicitaire. C’est pour nous la garantie de ne pas nuire à sa santé en pensant se faire du bien !

 

Fichier 28-01-2018 17 15 39

 

Le geste pour la planète


Côté contenu / une fois passées sur (par) notre corps, les substances toxiques contenues dans les produits finissent dans la nature via le cycle de l’eau (par le biais d’une douche par exemple) provoquant ainsi une véritable pollution chimique qui n’est pas sans conséquence sur les éco-systèmes et la chaine alimentaire dont nous faisons partie.

Côté contenant / la multiplication des flocons et produits dans la salle de bain – même si la plupart se recyclent – génère une quantité de déchets qui peut être facilement évitée…

Le saviez-vous ?

Bien qu’inertes, les Silicones (vous savez cette texture gluante que vous retrouvez dans votre bonde) ont une biodégradabilité extrêmement faible et peuvent mettre 400 ans à disparaitre.

De nombreux produits cosmétiques contiennent des microbilles de plastiques qui se retrouvent ensuite dans les océans, ingérées par les animaux marins.

Adopter une hygiène et une beauté plus saine devient alors aussi une urgence pour le bien-être de la nature !

 

Le geste pour le porte-monnaie


Comme pour l’alimentation, l’achat de cosmétiques est aussi un vote ! Le marché des cosmétiques est, comme dans celui de l’alimentaire industriel, dominé par des grands groupes qui se disputent les parts de marché. Et ces géants nous font croire en permanence qu’un produit plus cher serait plus efficace mais ce n’est parfois qu’une illusion :s

S’informer et comprendre les produits, réduire sa routine hygiène et beauté à l’essentiel en sélectionnant de meilleurs produits, plus durables, c’est aussi l’assurance de faire du bien à son porte monnaie.

 

☆ S’informer et comprendre

La réglementation


L’Union Européenne a rendu obligatoire depuis 1999 de mettre à disposition du consommateur un outil permettant de décrypter les composants d’un produit. Il s’agit de la liste I.N.C.I, International Nomenclature of Cosmetic Ingrédients. Les ingrédients entrant dans la composition des produits cosmétiques y sont listés dans l’ordre décroissant de concentration. Ceux dont la concentration est inférieure à 1 % peuvent cependant être mentionnés dans le désordre.

Attention casse-tête à venir 🙂 Cette liste n’est effectivement pas compréhensible sans un peu d’aide et souvent écrite en beaucoup plus petit que les arguments de vente du dit produit, mais elle permet de porter un jugement personnel sur le contenu du produit.

Par ailleurs, au niveau de l’Union Européenne c’est le Règlement 1223 de 2009 qui est en application. Contrairement à la directive adoptée auparavant, le règlement a l’avantage d’être  directement et immédiatement applicable dans tous les pays d’Europe sans que ceux-ci n’aient à prendre de lois internes pour transposer la règle.

La vérité sur les cosmétiques

Le site – dérivé du livre – La Vérité sur les Cosmétiques

 

Décrypter les étiquettes plutôt que se fier aux vertus clamées d’un produit


Les marques de l’industrie cosmétique conventionnelle ont pour la plupart un seul objectif : faire du business, du chiffre d’affaire. Elles nous diront ce qu’on veut entendre pour qu’on achète leur produit.

Question à se poser : ce produit est-il réellement bon pour nous ?

Plusieurs articles scientifiques publiés dans la revue Environmental Health Perspectives ont montré la démultiplication de la toxicité de certaines substances chimiques lorsqu’elles sont mélangées. Appelée « effet cocktail« , cette association est une préoccupation majeure, surveillée de près notamment par l’Organisation Mondiale de la Santé.

Photo 24-01-2018 20 51 55 2

Les miracles vantés VS la vraie composition @C. l’air du temps

Le mieux est donc encore d’être votre propre juge !

Il est conseillé de toujours identifier les 5 premiers ingrédients de la liste INCI – ils représentent environ 80% de la composition – et de vérifier qu’ils ne font pas partie des grandes catégories ci-dessous, détaillées dans un article sur le site de ConsoGlobe ICI.

Les grandes catégories de substances toxiques :

  • Les Alcools gras et Solvants
  • Les Huiles Minérales
  • les Silicones
  • Les Polymères
  • Les Sels d’Aluminium
  • Les SLS
  • Les Conservateurs
  • Les Parabènes
  • Les Alcools
  • L’EDTA
  • Les Libérateurs de formaldéhyde

Pour y voir plus clair


Sur le site La vérité sur les cosmétiques (site internet dérivé du livre cité plus haut) : il est possible de décortiquer l’étiquette d’un produit en rentrant le nom de l’ingrédient I.N.C.I. Cela permet de se rendre compte de la toxicité éventuelle d’un produit.

Sulfates

Recherche INCI pour les sulfates, tensioactifs présents dans beaucoup de produits

La revue UFC-que choisir propose le mémento ci-dessus, facilement imprimable et transportable dans le portefeuille, afin de vérifier à tout moment le contenu des produits qu’on aurait l’intention d’acheter.


Prêt.e.s à faire ces tests sur les produits que vous avez à la maison ?


Produits toxiques cosmétiques

Liste des substances à éviter dans les cosmétiques @ufc-que choisir

 

☆ Les alternatives et les clés d’une cosmétique plus saine

Les cosmétiques bio


Outre l’emploi de matières premières naturelles et le bannissement de celles dangereuses issues de la chimie, les cosmétiques naturels & bio répondent au cahier des charges de la certification au-delà mêmes des exigences légales. Ce qui en fait de belles alternatives à la cosmétique conventionnelle. Et comme le rappelle Rita Stiens, « le succès que rencontrent les cosmétiques naturels et bio depuis des années (…) est chargé d’un sens plus profond : il illustre une prise de conscience de la société ». Ils ne sont pas cependant nécessairement une alternative zéro-déchet : attention aux blisters et emballages plastiques. Heureusement, il est possible de combiner ces deux objectifs ! Nous y reviendrons 😉

 

La slow-cosmétique


Lassés de l’opacité de la cosmétique traditionnelle, et conscients de ses effets néfastes potentiels et/ou avérés, de plus en plus de consommateurs souhaitent se tourner vers une cosmétique plus respectueuse de leur santé, de leur environnement.

Sans être l’unique porte-parole de ce type d’engagement, l’association militante Slow Cosmétique, qui existe depuis 2012, possède une charte (se rendre sur le site pour la voir en détail) qui résume parfaitement pour nous les clés d’une cosmétique plus écologique et éthique :

  • Une cosmétique « écologique » c-a-d formulée et utilisée dans le respect de l’environnement…
  • Une cosmétique « saine » c-a-d formulée et pratiquée dans le respect de la santé de l’Homme, du végétal et de l’animal…
  • Une cosmétique « intelligente » c-a-d en répondant de façon adéquate aux besoins réels de la peau, avec des formules simples à base d’ingrédients nobles issus des ressources bio-disponibles…
  • Une cosmétique « raisonnable » c-a-d qui s’abstient de formuler de fausses promesses (…) s’interdit le greenwashing, la manipulation, et toute forme de retouche ou de dissimulation visant à tromper ses interlocuteurs…

 

Slow 1

La philosophie du mouvement « Slow Cosmétique » @Slow Cosmétique

 

La cosmétique maison


La cosmétique faite-maison est en plein boom : elle répond complètement aux besoins des consommateurs de connaitre et de maitriser le contenu exact de leurs produits cosmétiques. Celles et ceux qui sont intéressés trouveront énormément de recettes sur Internet, nous en partagerons quelques-unes ici. Néanmoins certaines règles d’or sont à mettre en place : choisir des recettes simples avec peu d’ingrédients, choisir des matières premières de qualité (auxquelles on applique les mêmes règles de vérification que citées ci-dessus), respecter une hygiène parfaite lors de la réalisation, réaliser de petites quantités (car en l’absence de conservateurs d’origine chimique, les cosmétiques maison se conservent assez mal)… Il est ensuite possible de jouer les petits chimistes et de fabriquer tous ses cosmétiques depuis le savon, à la mousse à raser, en passant par le déodorant et le rouge à lèvres.

Pour être passées nous-mêmes par une phase d’expérimentation de cette méthode, nous vous expliquerons ce que nous avons retenu de faire nous-même ou non selon les catégories de produits !

 

☆ Pour conclure…

Voilà le tableau est brossé 😉 On vous espère plus éclairé.e.s sur les intérêts d’une cosmétique différente et surtout avec l’envie de comprendre !

Si vous voulez poursuivre et creuser le sujet, nous vous conseillons vivement la lecture du livre de Rita Steins, La vérité sur les cosmétiques aux éditions LEDUC.S. C’est un guide complet et critique pour qui veut s’informer sur la cosmétique (on vous conseille la version la plus récente de l’ouvrage). Si cela vous intéresse, nous pouvons prêter notre exemplaire aux toulousain.e.s.

Et maintenant alors ? On va s’interroger ensemble sur ce dont notre corps, notre peau a vraiment besoin ! Et aborder ensemble les alternatives à la cosmétique conventionnelle.

 

L’idée est de partager avec vous les astuces pour aller vers une  routine hygiène et beauté écologique & saine, petit à petit, produit par produit !

Prêt.e.s ???

EnregistrerEnregistrer

7 réflexions sur “Vers une cosmétique au ralenti

  1. campagnarde dit :

    Merci pour cet article !
    Pour mon anniversaire, ma fille m’a offert des ingrédients pour faire ma crème de jour, du bon et du bio. C’est très simple, il faut juste respecter les consignes d’hygiène et conserver le pot au frigo car il n’y a pas de conservateur.
    A suivre … et au plaisir de lire vos prochaines articles.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s